Articles conseils

Tous nos conseils pour vos animaux : soins, nutrition, santé, etc.

La maladie de Carré 2

Le virus infecte d’abord le tractus respiratoire supérieur puis tous les tissus lymphoïdes (rate, moelle osseuse…) entraînant une grave immunodépression. Les chiens avec une bonne réponse immune guérissent rapidement tandis que les autres sont alors atteints d’infection aigüe (mort dans les 2 à semaines après atteinte des systèmes respiratoire, digestif, urogénital et nerveux central ) ou subaigüe. Dans ce dernier cas, le virus attaque surtout le système nerveux central et parfois la truffe et les coussinets avec comme conséquences la mort par encéphalite notamment ou l’infection chronique durant quelques mois. Même en cas de guérison, les chiens gardent des séquelles nerveuses. Il est primordial de bien vacciner les chiots (avec un rappel au-delà des 12 semaines de vie !!) et de bien continuer les rappels chez les chiens adultes. D’après E. Thiry.

La primo vaccination jusqu’à 16 semaines

Le chiot est protégé au début de sa vie par les anticorps de sa mère, durant quelques semaines. Ces anticorps maternels « immunisent » le chiot contre différentes maladies infectieuses mais interfèrent aussi avec la vaccination. Le chiot ayant les anticorps de sa mère dans le sang ne va pas fabriquer ses propres anticorps suite à l’administration du vaccin. Petit à petit les anticorps maternels baissent en quantité chez le chiot et celui-ci peut alors fabriquer ses propres anticorps suite à l’administration d’un nouveau vaccin, anticorps qui le protégeront alors l’année durant. Cette protection maternelle et l’interférence avec les vaccins ne sont pas identiques chez tous les chiots, ce qui explique que plusieurs vaccins sont nécessaires pour que tous les chiots soient protégés. Et par précaution, pour ceux dont l’immunité maternelle dure plus longtemps, il est préconisé de vacciner pour la dernière fois, en primo vaccination, à l’âge de 16 semaines.

La rage chez le chien et le chat

La vaccination contre la rage est toujours obligatoire en Belgique, pour les chiens vivant sous le sillon Sambre et Meuse ( c’est le cas de notre région) et pour les animaux (chiens et chats) en vacances sur les terrains de camping dans tout le territoire belge. Votre animal doit également être en règle de vaccination s’il est amené à passer la frontière. Nos animaux domestiques peuvent contracter la rage principalement suite à une morsure par un renard (ou un animal domestique enragé). Le virus se déplace dans le corps via le système nerveux pour arriver dans le cerveau et la moëlle épinière où il se multiplie puis se dissémine dans différents organes dont les glandes salivaires. La libération du virus dans la salive débute 1 à 2 semaines avant l’apparition des signes cliniques. La forme furieuse de la maladie (agressivité, nervosité, hypersalivation) bien répandue dans l’imaginaire populaire est pourtant très rare chez le chien. Celui-ci développe plutôt la forme paralytique de la maladie (paralysie, incoordination des membres, apathie, coma). Le chat, lui, exprime la maladie plus souvent par de l’agressivité et peut infecter l’homme par simple griffure. En Europe on ne dénombre que 10 à 20 cas humains de rage par an contre plus ou moins 40000 en Asie.

La toux de chenil

La toux de chenil, encore appelée trachéobronchite infectieuse canine est une maladie extrêmement contagieuse due à un ensemble de bactéries et de virus dont les plus fréquemment rencontrés sont le virus para-influenza et la bactérie Bordetella bronchiseptica. On rencontre cette pathologie essentiellement lors de rassemblement de chiens issus de milieux différents : pensions, animaleries, terrains de dressage, expositions. Elle se décline en 2 formes. La forme bénigne pour les animaux en ordre de vaccination, avec de la toux, un écoulement nasal mais rarement des symptômes généraux comme de la fièvre ou de l’abattement. Par contre chez les animaux non vaccinés on observe la forme grave qui peut évoluer vers la broncho-pneumonie et la mort. Ces agents pathogènes se transmettent par contact direct de chien à chien et l’incubation dure de 3 à 10 jours. Alors, si votre chien est amené à rencontrer de nombreux congénères, veillez à le vacciner correctement afin de lui éviter des désagréments.

Le sida du chat

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) appartient au même genre que celui de l’homme, responsable du sida : le genre Lentivirus. Il n’existe par contre aucune transmission possible du FIV à l’homme. Le virus du chat se transmet surtout par morsure, c’est pourquoi les chats mâles non castrés qui vivent en grande partie dehors sont les plus atteints, surtout s’ils se battent. Un chat sain utilisant le même bol de nourriture ou la même litière qu’un chat malade ne risque pas de se contaminer. Par contre une chatte peut transmettre le virus à ses petits, par voie transplacentaire ou via le lait. La maladie connaît plusieurs stades, le stade 4 étant le dernier, celui où les animaux présentent le syndrome d’immunodéficience et sont alors extrêmement sensibles à toutes les infections et développent tumeurs et troubles nerveux. Il faut de 5 à 10 ans entre l’infection et l’apparition de ce stade. Comme il n’existe actuellement pas de vaccin disponible en Europe pour lutter contre ce fléau, la prévention reste de mise : stérilisation des mâles et des femelles, éviter de laisser sortir les animaux le soir pour limiter les bagarres et les blessures, tester les nouveaux venus (par prise de sang) avant de les introduire dans un élevage.

Le typhus du chat - partie1

La panleucopénie féline, populairement appelée « typhus du chat » est une maladie à la fois grave et fréquente. Son développement rapide et sa virulence chez le chat en font une maladie redoutable. Le taux de mortalité peut atteindre 90%! Les signes cliniques peuvent être variés: la maladie peut se manifester par une mort subite ou par une prostration importante, une hypothermie, une anorexie, des vomissements, de la diarrhée (qui peut être sanguinolente, assombrissant alors très fortement le pronostic). Les chats non traités meurent en 3 à 5 jours. L’hospitalisation des chats malades est indispensable, principalement pour lutter contre une déshydratation fatale. Un chat guéri nécessite encore plusieurs longues semaines de convalescence et reste immunodéprimé, et donc fragilisé, pouvant alors contracter d’autres maladies…(à suivre)

Le typhus du chat – partie 2

Pour couronner le tout, le virus est extrêmement résistant dans le milieu extérieur et reste contaminant plusieurs mois, voire des années! Le virus est excrété par le chat malade ou même guéri dans les matières fécales, la salive, l’urine et les vomissements et une quantité infime de matière souillée peut contaminer plusieurs centaines chats! Si votre chat a été victime du typhus, une désinfection de tout votre intérieur (avec formol liquide et eau de javel associée à des ammoniums quaternaires) est indispensable pour tenter d’éliminer le virus de votre environnement. Une simple vaccination peut éviter bien des désagréments! Elle est fortement recommandée à tous les chats, même à ceux qui ne sortent pas compte tenu du mode de propagation du virus. (D’après E. Thiry)

Stérilisation et identification obligatoire de tous les chatons/chats donnés ou vendus à partir du 01/09/14 même par les particuliers

Le Service Public Fédéral lance une grande campagne de sensibilisation pour la stérilisation des chats et des chattes (www.adopteraurefuge.be)! Leur point de vue concerne uniquement la prolifération de l’espèce. Même si vous avez des connaissances prêtes à adopter les chatons, certains de ceux-ci trouveront difficilement acquéreur et finiront peut-être dans un refuge ou alors, appréciés dans leur jeune âge, seront abandonnés un peu plus tard par un adoptant qui ne se rendait pas compte des désagréments que peut parfois engendrer un chat (poils, griffures, allergies, frais…). Les chiffres de l’étude en disent long: avec un seul couple de chats, ce sont 200 chatons après 3 ans et 5000 après 5 ans. Mais la stérilisation est très avantageuse également d’un point de vue médical. Un chat stérilisé est moins susceptible de se battre et de revenir avec des blessures, des abcès ou, pire, avec ces maladies virales inguérissables qui se transmettent lors des bagarres pour le Sida ou par simple contact salivaire pour la Leucose. La pilule quant à elle n’est pas sûre à 100% pour empêcher les naissances et de plus est très dangereuse pour la santé de la chatte. Il est établi qu’un chat stérilisé a une espérance de vie plus longue que son homologue entier (chats et chattes).

L’hyperoestrogénisme de la furette

La furette est une espèce mono-oestrienne (un cycle par an d’une durée de 120 jours) mais qui n’ovule que lorsqu’elle est saillie par un mâle. La femelle reste donc en chaleur jusqu’à l’accouplement. Quand les chaleurs apparaissent les ovaires sécrètent des hormones que l’on appelle les oestrogènes. Chez le furet, les oestrogènes sont produits jusqu’à qu’il y ait accouplement. Les symptômes de l’hyperoestrogénisme sont principalement ; une perte d’appétit, une léthargie, une fatiguabilité, une pâleur, une perte de poil symétrique et bilatérale, un gonflement et un écoulement au niveau de la vulve. La quantité trop importante de ces hormones peut être dangereuse pour l’animal, car elles ont un effet sur la moelle osseuse responsable d’une diminution du nombre de plaquettes, de globules blancs et de globules rouges qui peuvent être fatal pour l’animal. Pour traiter de même que pour prévenir la pathologie, une ablation de l’utérus et des ovaires devra être envisagée.

Les idées reçues : la première portée « obligatoire »

Vous venez d’acquérir une chienne, et vous désirez la faire stériliser. Soit c’est un choix personnel, soit sur (très bon) conseil de votre vétérinaire. Mais vous avez également entendu dire qu’il était bon pour la chienne d’avoir au moins une portée, qu’elle connaisse le bonheur d’être maman une fois dans sa vie. Attention aux idées reçues, la gestation, la mise-bas et le sevrage des chiots sont pour la mère autant de stress comportementaux qu’organiques, qu’ il vaut mieux éviter s’ils ne sont pas nécessaires. Une chienne ne sera ni plus équilibrée, ni plus facile à éduquer (certainement pas) après une mise-bas. De plus en faisant stériliser une femelle après une portée et donc après les premières chaleurs, on perd une grosse partie du bénéfice de l’opération. Les risques de tumeurs mammaires à l’âge adulte sont plus importants que lors d’une stérilisation précoce. Évitez une portée inutile sauf si celle-ci est désirée de tous, et que les futurs chiots ont déjà acquéreur. Sinon, penser à tous ceux qui vous attendent derrière les grilles de la SPA.

A propos de nous

Situé à l'ancien hôtel Beau Séjour, à côté du nouveau Delhaize et de la pompe GULF.

Adresse

Cabinet Vétérinaire Beau Séjour - Wiltz Rue du Dix Septembre 21 Wiltz

Email

veterinairebeausejour@gmail.com