Articles conseils

Tous nos conseils pour vos animaux : soins, nutrition, santé, etc.

Les dangers des fenêtres ouvertes pour nos chats – partie 2

Il existe des systèmes de protection adaptés pour les oscillo-battant qui sécuriseront l’ouverture (grille, «passerelle» pour chat, filet,…). Si la fenêtre est entièrement ouverte, votre chat pourra vouloir attraper un oiseau et sauter dans le vide, emporté par son élan de chasseur. Une moustiquaire pourra le protéger. Concernant le balcon, sa rambarde sert souvent au chat pour jouer les funambules et les risques de chute sont également fréquents. Un filet souple à fine maille pourra être fixé tout autour du balcon pour le sécuriser. Si malgré vos précautions, votre animal chutait tout de même, il faudrait immédiatement vérifier qu’il va bien (qu’il marche normalement, qu’il soit en forme) sinon une visite rapide chez votre vétérinaire serait indispensable.

Les épillets

Les épillets sont des petits épis secondaires de graminées présents dehors en cette saison. Pouvant atteindre 2 à 3 cm de long, ils s’invitent très souvent chez les chiens, créant douleurs et infections. Leurs deux endroits de prédilection sont le canal auriculaire et l’espace interdigité. Un épillet dans l’oreille peut blesser le tympan et, s’il n’est pas retiré rapidement, provoque une terrible otite purulente. Mais ils peuvent également se loger en dessous de la troisième paupière, provoquant alors conjonctivite et ulcère cornéen. Plus rarement on les trouve fichés sous la peau grâce à leur côté pointu. Ces épillets progressent grâce aux vibrations que le chien provoque en remuant. Ils avancent toujours dans le même sens (comme pour se planter dans la terre), s’insinuant toujours plus loin dans l’oreille ou sous la peau du chien : il n’y a donc aucune chance que le chien s’en débarrasse seul. Leur retrait (nécessitant régulièrement une sédation) sera suivi d’un traitement local et parfois général.

Les inflammations du bas appareil urinaire chez le chat

L’inflammation du bas appareil urinaire chez le chat (FLUTI) est caractérisée par un ou plusieurs des symptômes suivants : mictions fréquentes, inappropriées, difficultés ou impossibilité à uriner, présence de sang dans les urines, obstruction partielle ou totale de l’urètre. Ces symptômes doivent être pris très au sérieux par le propriétaire et le chat doit être vu rapidement afin d’éviter les troubles associés (hyperkaliémie, urémie, mort). Ces pathologies urinaires apparaissent le plus souvent chez les animaux âgés de 2 à 6 ans avec une recrudescence des cas en automne et en hiver. Ces inflammations sont dues à de nombreuses causes que l’on peut diviser en deux groupes : absence ou présence de cristaux. Dans ce dernier cas, les struvites sont le plus fréquemment impliqués. La prévalence de ces inflammations est identique chez les mâles et les femelles mais on sait que les chats en surpoids sont prédisposés aux cystites.

Les interférons

Les interférons sont des éléments produits par les cellules pour communiquer entre elles mais également pour lutter contre différentes maladies. Leur action bénéfique a été remarquée chez l’homme : résistance aux infections virales en empêchant les virus de se répliquer, propriétés antitumorales, stimulation du système immunitaire. Les interférons ont dès lors été « fabriqués » en laboratoire afin de pouvoir être administrés en grandes quantités aux patients souffrant de leucémie, hépatites, mélanome, sclérose en plaque… Chez les animaux l’interféron d’origine féline peut être employé dans de nombreuses pathologies bien que son coût reste un frein majeur à son utilisation : la parvovirose du chien (« typhus »), la calicivirose et la péritonite infectieuse félines (PIF), la leucose, le sida du chat… L’interféron doit être administré le plus tôt possible dans le déroulement de la maladie par voie sous-cutanée, intraveineuse ou locale en fonction des cas et ces administrations doivent être répétées de quelques jours à plusieurs semaines en fonction de la pathologie.

Les morsures

Les plaies de morsure peuvent être qualifiées de plaies « iceberg » étant donné que même si de l’extérieur elles semblent bénignes, petites et sans conséquences, elles cachent très souvent des lésions profondes et importantes. On peut observer différentes sortes de traumatismes en fonction des dents (coupures avec les incisives, perforations avec les crocs, écrasements avec les molaires). Régulièrement on se retrouve aussi face à des décollements de la peau sur des surfaces non négligeables, pouvant amener des collections liquidiennes et des infections. Les plaies de morsures sont déjà des plaies à haut risque infectieux de par les bactéries présentes dans la bouche des animaux et de par les nécroses tissulaires qui apparaissent un peu plus tard. Ce risque infectieux est encore plus élevé quant il s’agit d’une morsure occasionnée par un chat (d’où la fréquence impressionnante d’abcès suite aux bagarres entre chats). En conclusion, si votre animal s’est fait mordre, ne vous fiez pas à l’aspect extérieur de ses blessures.

Les races canines

La sélection généalogique des races de chiens est apparue vers la fin du 19ème siècle, ce qui représente à ce jour plus de 30 générations d’élevage. Les chiens de race sont de plus en plus nombreux au sein de la population canine totale. La tendance est à l’augmentation des animaux de petite taille, très probablement liée à l’urbanisation croissante de nos sociétés. C’est en Scandinavie que l’on trouve le plus grand nombre de chiens de race par rapport à la population canine du pays (80% de chiens avec pedigree en Finlande contre 18% en Allemagne ou 2% en Thaïlande). Même si le nombre de races reconnues est assez élevé ( de 200 à 350 en fonction des fédérations), on constate que plus de la moitié des naissances provient d’une vingtaine de races seulement. En Belgique les 3 races les plus présentes sont le Berger Allemand, le Berger Belge et le Golden Retriever alors qu’au Japon il s’agit du Teckel, du Chihuahua et du Shih Tzu. (article tiré d’une étude de Franck Haymann)

Les stomato-gingivites chroniques du chat

Il est fréquent de rencontrer dans l’espèce féline des inflammations buccales à des stades plus ou moins avancés pouvant atteindre la gencive mais également les fosses pharyngées et amygdaliennes. Cette pathologie est plurifactorielle : problèmes immunitaires, virus, réaction à la plaque et aux lésions dentaires. L’infection peut en outre être favorisée par des troubles métaboliques comme le diabète ou l’insuffisance rénale. Le traitement médical utilisé seul est souvent inefficace, il doit fréquemment être complété par des extractions dentaires. Un suivi régulier est indispensable afin de contenir l’inflammation et de préserver le bien-être de l’animal.

Les syncopes

Le cerveau, en tant qu’organe de contrôle d’un grand nombre de fonctions biologiques, est prioritaire en matière de perfusion sanguine, c’est-à-dire qu’il reste alimenté par le sang le plus longtemps possible par rapport aux autres organes dont la fonction sera suspendue plus vite en cas de problème. Il faut que la pression artérielle baisse à 40 mmHg pour que l’apport en oxygène et le métabolisme du glucose dans le cerveau diminuent . La fonction cérébrale est progressivement suspendue en dessous de cette valeur. Une syncope, ou évanouissement, est une perte de connaissance spontanée, brève et réversible, due à un défaut de perfusion localisé ou généralisé du cerveau. La syncope n’est pas une maladie mais un symptôme qui peut s’observer dans de nombreuses maladies d’origine cardiaque (arythmie, anomalie congénitale…) ou extracardiaque (médicament, tumeur, hémorragie cérébrale…). (d’après M. Skrodzki)

Les vices rédhibitoires du chien

Vous venez d’acheter un chiot et vous avez un doute sur son état de santé : certaines précautions s’imposent. Si votre chiot présente des vomissements, une diarrhée, une toux ou encore une simple baisse d’énergie ne tardez pas avant de consulter votre vétérinaire car les jeunes animaux sont beaucoup plus fragiles et sont fort sensibles à de nombreux virus et bactéries. En cas de maladies faisant partie des vices rédhibitoires (par exemple la maladie de Carré, la parvovirose…), vous êtes face à un dilemme : soit vous décidez de soigner le chien car vous y êtes déjà attaché et cela est fort compréhensible ; les soins vétérinaires seront à vos frais (parfois néanmoins le vendeur est prêt à participer financièrement) et le résultat, qui dépend de nombreux facteurs, n’est pas toujours garanti. Soit vous pouvez vous faire rembourser le chiot (ou échanger selon les accords) auprès de l’éleveur ou du vendeur (un certificat du vétérinaire vous sera demandé). Lors de l’achat du chiot, n’hésitez pas à vous faire expliquer les différents cas de figure, notamment le délais de recours et à demander un contrat de garantie.

L’euthanasie

Il est souvent difficile de prendre une décision quand l’état de votre animal s’est dégradé fortement et que l’euthanasie est envisagée. Si cela fait suite à un accident ou une maladie diagnostiquée récemment, le choix est encore plus pénible à réaliser. Pourtant, quand votre vétérinaire vous conseille cette solution, il faut y songer sérieusement et essayer de faire passer le besoin de votre animal avant le vôtre. Bien sûr, un maître qui a choyé son animal pendant parfois de longues années, a toujours du mal à s’imaginer vivre sans lui mais il arrive un moment, quand l’animal souffre ou que son confort de vie ne peut plus lui être assuré, où l’euthanasie peut être la dernière preuve d’amour que vous pourrez lui donner. Quand votre décision sera prise, votre vétérinaire effectuera deux injections à votre compagnon: la première pour l’endormir, et la seconde pour provoquer un arrêt cardiaque. Le choix de rester ou non jusqu’à la dernière injection dépendra de votre sensibilité. Cette résolution difficile sera légèrement atténuée par le soulagement d’avoir pu soutenir votre animal en lui permettant de partir dignement et en paix.

A propos de nous

Situé à l'ancien hôtel Beau Séjour, à côté du nouveau Delhaize et de la pompe GULF.

Adresse

Cabinet Vétérinaire Beau Séjour - Wiltz Rue du Dix Septembre 21 Wiltz

Email

veterinairebeausejour@gmail.com