Tous les articles de Chiots/Chatons

L’apprentissage de la propreté chez le chiot

Chaque propriétaire est différent, certains préfèrent que leur chien fasse ses besoins sur la terrasse, sur un papier journal, sur un torchon…tant qu’il est petit avant de l’habituer à aller dehors. Lui apprendre à uriner et déféquer directement dehors est pourtant un gain de temps en apprentissage et surtout en nettoyage. Le chiot a tendance à se « soulager » après un repas et après la sieste, ce sont donc de bons moments pour l’emmener dehors (ou à l’endroit que vous avez choisi) et attendre avec lui qu’il urine afin de pouvoir le féliciter chaleureusement de cette bonne action. N’hésitez pas à le récompenser avec un biscuit et de nombreuses caresses. Votre chien a envie de vous faire plaisir et s’il comprend que faire ses besoins dehors vous remplit de joie, il tentera de reproduire ce comportement. L’éducation d’un chien doit être basée sur le « renforcement positif », c’est-à-dire qu’il est très important de le féliciter quand il fait bien. Si vous le prenez sur le fait, en train d’uriner où il ne peut pas, sermonnez-le en le secouant doucement par la peau du cou puis emmenez-le là où il a le droit de faire. Si par contre son méfait est accompli, ne fût-ce que de quelques secondes, il est trop tard pour le gronder. Vous « défouler » sur lui n’aura aucune répercussion positive sur son apprentissage de la propreté, vous risquez juste d’en faire un chien qui paniquera à un simple haussement de ton de votre voix.

S’occuper de chatons orphelins

C’est la saison des chaleurs et donc des chatons. Si votre chatte est en âge de procréer, pensez à la faire stériliser avant qu’elle ne mette au monde des chatons qu’il n’est pas toujours évident de placer dans des familles sérieuses. Si vous êtes pris de court et que votre chatte met bas et ne s’occupe pas de sa progéniture ou si vous trouvez un ou des chatons abandonné(s) en bonne santé, voici quelques conseils pour en prendre bien soin. Un chaton doit être nourri avec un lait spécialement adapté à l’espèce féline (en poudre, à reconstituer avec de l’eau) toutes les 2-4 heures les premières semaines (même la nuit !!), réchauffé au bain-marie à 35-38°C. Dès ses 3 semaines, vous pouvez commencer à introduire un aliment solide pour chaton mélangé au lait spécial. Le chaton doit être maintenu à une température corporelle de 36-38°C (attention aux coups de froid sur le carrelage mais attention aussi à une température trop élevée qui pourrait induire une déshydratation). Le chaton jusque 3 semaines est incapable d’uriner et de déféquer seul, il vous faudra le stimuler au niveau de la région anale afin qu’il puisse éliminer ses déchets. Si par contre le chaton vous semble faible, froid, est atteint de diarrhée, d’infection respiratoire, oculaire, du cordon ombilical… s’il ne bouge presque pas, mieux vaut consulter immédiatement un vétérinaire car les nouveaux-nés sont très fragiles et peuvent décéder rapidement.

Le développement comportemental du chiot partie 1

Lors de son développement, le chiot passe par plusieurs phases importantes, qui seront déterminantes pour sa vie future auprès de sa famille humaine. Dès le 45e jour de gestation, le chiot est sensible au bruit, et réagit au toucher depuis le ventre de sa mère; il est d’ailleurs admis qu’un chiot peut ainsi être plus ou moins stressé à la naissance, selon les stimulations qu’il aura perçues pendant la gestation. Le chiot qui sera manipulé correctement, depuis sa naissance, par l’éleveur en qui la chienne a confiance, sera ensuite plus «malléable». Pendant les 7-8 semaines qu’il va vivre dans son lieu d’élevage, les éléments extérieurs comme les sons communs d’une maison (aspirateur, radio, sonneries diverses, voix,…) seront intégrés par le chiot comme faisant partie intégrante de son environnement… (à suivre)

Le développement comportemental du chiot partie 2

Les chiots «stimulés» seront donc bien plus adaptés à leur future vie de famille que les chiots élevés à l’écart des humains et de la maisonnée, dans un chenil ou une grange par exemple. Lors de cette période décisive, il est également très important que le chiot commence à avoir des contacts positifs et réguliers avec d’autres animaux d’espèces différentes, afin de les assimiler comme espèces «amies» et de pouvoir vivre ensuite avec eux en toute tranquillité. Tout ceci démontre combien il est primordial d’acquérir un chiot provenant d’un petit élevage sérieux, dans lequel l’éleveur sera capable de vous présenter au minimum la mère des chiots, et de vous montrer les conditions dans lesquelles l’élevage a été réalisé. Cette précaution vous évitera bien des désagréments ultérieurs.

Choisir son chiot

Vous êtes décidés : vous adoptez un chiot ! Mais comment le choisir parmi ses frères et sœurs, tous plus attendrissants les uns que les autres ? Tout va dépendre du mode de vie auquel votre chien sera destiné : va-t-il vivre avec des enfants, sera-t-il un chien de travail ou plutôt le compagnon d’une personne âgée ? Il existe une série de tests, faciles à réaliser, directement chez l’éleveur : les tests de Campbell. Ces tests vous donneront une idée du caractère de base du chiot. 5 exercices simples le constituent : l’attraction sociale, l’aptitude à la compagnie de l’homme, les réactions à la contrainte, l’acceptation de la position de soumission et enfin, les réactions à l’élévation. D’autres exercices peuvent être ajoutés : réaction au bruit, comportement du chiot face à des chiens adultes inconnus, attitude face aux enfants,… Ces tests ne proposant qu’une indication sur le futur caractère du chiot, une éducation adaptée restera indispensable. D’après J. Dehasse et J. Campbell.

Choisir un chien

Certains acheteurs connaissent sur le bout des doigts le caractère, les problèmes particuliers, l’espérance de vie… liés à leur race de prédilection. D’autres par contre ont le coup de cœur pour la « bouille » de l’animal. Ceux-là risquent d’être surpris parfois désagréablement par quelques soucis inhérents à la race. En effet toute sélection pour arriver à une race a entraîné malheureusement souvent des « tares » : sensibilités cutanées, cardiaques, articulaires… Mais il n’est pas question que de troubles de la santé et les races croisées doivent également faire l’objet d’une réflexion : un grand chien coûte plus cher en nourriture et en soins vétérinaires, certains individus ne supportent pas de rester enfermés alors que d’autres sont parfaits pour passer leur journée allongés dans le canapé, certains inondent la maison de poils alors que d’autres ne les perdent pas… Le caractère « personnel » de l’animal et son éducation sont très importants mais la race a aussi un grand rôle à jouer dans le comportement du chien. Quelle sera la fonction de votre nouveau compagnon : compagnie, garde, chasse ? Il y a-t-il des enfants dans la maison, êtes-vous prêt à éduquer un chien de caractère ? Adopter un chien devrait être un acte réfléchi, étudié. Il est parfois préférable de demander conseil à des professionnels, éleveurs sérieux, éducateurs, vétérinaires afin de voir si ce que vous attendez de la relation future avec votre animal est compatible avec le type de chien que vous souhaitez. Adopter un animal dans un refuge, même parfois déjà adulte, peut être aussi une idée intéressante, alliée à une « bonne action ».

Dès qu\'il est sevré, le chiot peut-il être adopté ? – partie 1

Non! A partir de 4 semaines, le chiot peut commencer à découvrir une autre alimentation en plus du lait maternel; Vers 5 ou 6 semaines, il va alors délaisser le lait pour de la nourriture \"solide\", ce n\'est pas pour autant que les contacts avec sa mère ou sa fratrie ne sont plus nécessaires, loin de là! La maman chien, en plus de les nourrir, de les laver et de les protéger, apprend aussi à ses petits des notions essentielles pour leur équilibre: la propreté (dans le monde des chiens \"être propre\" signifie \"déféquer et uriner en dehors du lieu de couchage ou de nourrissage\"), l\'inhibition de la morsure (contrôler sa puissance), l\'appartenance (le chien ne sait pas qu\'il est un chien, sa maman doit le lui apprendre) et les bases de la communication canine (postures de soumission, hiérarchisation, rituels d\'apaisement,…).

Dès qu\'il est sevré, le chiot peut-il être adopté ? – partie 2

Sans cette \"éducation canine\", si le chiot est adopté par un maître \"novice\" et/ou non informé, on augmente fortement les risques que le chiot développe des problèmes comportementaux à l\'âge adulte ; ces troubles pourraient avoir de graves conséquences sur sa future vie de famille et ils seront bien plus difficiles à traiter une fois qu’ils seront installés, la prévention est donc très importante! Si malgré tout vous deviez adopter un chiot de moins de 7 ou 8 semaines, demandez conseil à un vétérinaire formé en comportement afin qu’il puisse vous donner les recommandations adaptées à votre chien et à votre situation familiale.

Quelques conseils élémentaires pour l’éducation d’un chiot

Vous venez d’acquérir un chiot pour la première fois et les bases de l’éducation vous sont étrangères. Voici quelques pistes à suivre. Les règles établies à l’encontre de votre compagnon doivent être suivies par tous les membres de la famille y compris les enfants (s’ils sont assez grands pour les mettre en place). Le panier de votre chien doit être placé à un endroit d’où il ne pourra pas surveiller toutes vos allées et venues et mis de telle sorte que vous n’aurez pas à l’enjamber pour passer d’un côté à l’autre. Il doit être nourri après vous et être seul pour son repas ( ne restez pas pour « vérifier qu’il mange assez » ). En ce qui concerne les jeux, c’est à vous qu’il incombe de choisir le moment où ils commencent et où ils s’achèvent. L’apprentissage de la propreté fera à lui seul l’objet d’un article mais sachez déjà que l’animal ne peut pas comprendre pourquoi vous le punissez s’il n’est pas pris sur le fait. Pour faire comprendre à votre chiot qu’il a fait une bêtise mieux vaut le secouer par la peau du coup comme faisait sa maman que de le frapper, même avec un journal !!

Les chiots nés à la maison

Durant toute la période de lactation, il est fortement conseillé que la chienne soit nourrie à volonté avec une alimentation adaptée à son statut : croquettes pour chienne allaitante ou pour chiots. Cela permettra de plus aux chiots dès 4 semaines, imitant leur maman, de s’essayer aux croquettes. Il est important de vermifuger bébés et maman après 15 jours de vie puis les petits tous les 15 jours jusqu’à leurs deux mois, âge auquel ils pourront être donnés ou vendus. Dans tous les cas de figure (vente, don, échange…), il est obligatoire que le chiot soit « livré » avec identification et passeport. L’identification par puce électronique peut être réalisée sans anesthésie et sans souci par votre vétérinaire lors de la première visite et du premier vaccin, vers l’âge de 6 semaines.

Nutrition du chiot

Un chiot en pleine croissance n’est pas un adulte miniature, il a des besoins nutritionnels très différents. Il est établi qu’une ration alimentaire mal équilibrée, surtout durant les premiers mois de vie, peut nuire au développement normal du chiot. De nombreuses anomalies au niveau des os, des cartilages, certaines pathologies comme la dysplasie de la hanche, les ostéochondroses… sont favorisées par une alimentation mal adaptée durant le développement. L’embonpoint est à éviter, l’alimentation à volonté est à proscrire surtout chez les chiens de grandes races qui ne devraient pas dépasser +/- 60% de leur poids adulte à 6 mois. Un chiot a des besoins énergétiques supérieurs à ceux d’un adulte mais un excès est aussi nuisible. L’apport en calcium et en phosphore est un des facteurs les plus importants à considérer, une faible teneur en calcium est le déséquilibre le plus fréquemment observé chez les animaux nourris avec une alimentation ménagère. Mais attention car un excès de minéraux est très dangereux également (lors par exemple de supplémentation alors que le chien est nourri avec une alimentation industrielle de qualité). Le chiot a aussi besoin de vitamines pour entretenir ses tissus et en construire de nouveaux. En résumé, mieux vaut investir dans une alimentation de qualité durant la période de croissance (adaptée à l’âge mais surtout à la taille future du chien) et ne pas y ajouter de complément et ce afin d’éviter les problèmes de développement des os et des cartilages qui donneront à terme des troubles plus ou moins graves.

A propos de nous

Situé à l'ancien hôtel Beau Séjour, à côté du nouveau Delhaize et de la pompe GULF.

Adresse

Cabinet Vétérinaire Beau Séjour - Wiltz Rue du Dix Septembre 21 Wiltz

Email

veterinairebeausejour@gmail.com